loader image
Le collectionneur

Le collectionneur

En 1875, Auguste Tolbecque s’installe dans sa nouvelle propriété du Fort-Foucault. Cette ancienne forteresse du XIIe siècle située face au Donjon de Niort deviendra rapidement un véritable cabinet de curiosités destiné à accueillir les divers instruments et œuvres d’art collectés par Auguste Tolbecque.

Très vite la place vient à manquer et un grand salon de musique est construit où figureront six panoplies d’instruments parmi les meubles et œuvres d’art conférant à l’ensemble une atmosphère érudite et stimulante.

Le plafond à la française est remplacé par un plafond de faïence conçu par Prosper Jouneau. Auguste Tolbecque qui fit l’acquisition de cette œuvre en 1900 possédait déjà plusieurs pièces du même artiste.

Ce plafond, composé de caissons marqués d’un fleuron au centre, s’organise autour d’une coupole centrale aux décors donnant l’illusion de camées résultant de la technique de la pâte sur pâte. Sur un fond vert foncé se déclinent alors divers motifs de candélabres, griffons et végétaux.

En 1922, la mise en place d’une vente aux enchères est décidée devant la difficulté d’obtenir une offre simultanée pour le Fort-Foucault et l’ensemble des collections.

Pour organiser cet évènement et présenter l’ensemble des instruments, mobiliers et objets d’art accumulés, un grand catalogue illustré est imprimé et vingt-cinq cartes postales sont éditées et envoyées aux potentiels acheteurs.

Parmi cette riche collection figure un violon réalisé par Eugène Gand et dédicacé par le grand maître luthier de Paris « À son vieux camarade A. Tolbecque souvenir d’E. Gand ».