loader image
Produire des armes à la Manu : modèles, coupes, prototypes…

Produire des armes à la Manu : modèles, coupes, prototypes…

Constituée à partir du début du 20e siècle, la collection d’armes du Grand Atelier, musée d’Art et d’Industrie à Châtellerault présente un intérêt exceptionnel pour le public éclairé ou non tant par le nombre, environ deux cents, que par les types d’armes blanches et à feu conservées : armes réglementaires et surtout modèles d’essai, prototypes et armes d’instruction mis au point dans les ateliers de la manufacture d’armes de Châtellerault. (2e partie)

Les armes de la Manu au musée de Châtellerault

Les armes de la Manu au musée de Châtellerault

Constituée à partir du début du 20e siècle, la collection d’armes du Grand Atelier, musée d’art et d’industrie à Châtellerault présente un intérêt exceptionnel, pour le public éclairé ou non, tant par le nombre – environ deux cents – que par les types d’armes blanches et à feu conservées : armes réglementaires et surtout modèles d’essai, prototypes et armes d’instruction mis au point dans les ateliers de la manufacture d’armes de Châtellerault. (1ère partie)

Le sabre-briquet

Le sabre-briquet

Sabre-briquet = Les sabres de grenadiers de l’ancien régime étaient jugés de plus en plus encombrants, pour y remédier, en 1765, fut instauré un nouveau modèle de sabre réglementaire, avec une lame plus courte, ramenée à 59,5 cm, le sabre d’infanterie modèle 1767. Il lui fut aussitôt donné le surnom de sabre-briquet par la cavalerie. Le mot briquet au 17e siècle signifiait d’abord couteau ou canif, principalement et également : un petit bris de fer.

Sites industriels de l’armement (Vidéos)

Sites industriels de l’armement (Vidéos)

Alienor.org, Conseil des musées propose une restitution vidéo d’une grand partie des conférences données lors du colloque “Sites Industriels de l’armement, histoire et devenir” à Châtellerault en septembre 2019. Fidèle à sa mission de diffusion des collections des musées en Nouvelle-Aquitaine, les interventions retenues portent donc sur l’évocation des Manufactures d’armes de Châtellerault et de Tulle mais également sur l’arsenal de Rochefort.