loader image

Ruines de l'abbaye de Charroux

(Vienne)

Un lieu de pouvoir et de pèlerinage

Datant du 11e siècle la tour dite “de Charlemagne” est le dernier vestige roman de l’abbaye Saint-Sauveur de Charroux (Vienne). L’abbaye a été fondée en 784 et a vite prospéré grâce à la générosité des souverains carolingiens et à une position clé le long des routes commerciales.
L’abbaye attirait également des pèlerins car elle abritait un fragment de la Vraie Croix et le Saint Prépuce.

Le lent déclin

La tour visible aujourd’hui date de la construction du courant du 11e siècle. Elle constituait la rotonde qui s’élevait au milieu de la croisée du transept pour se dresser en une tour lanterne. On estime que l’église, une des plus importantes de la région à l’époque, mesurait 114 mètres de long. Au 13e siècle un portail gothique est ajouté à l’ensemble.

L’ultime vestige roman

La guerre de Cent Ans, puis les guerres de religion ont de lourdes conséquences sur l’abbaye qui entre dans une longue période de déclin. Entre 1760 et 1780 elle ferme définitivement ses portes. L’église sert de carrière de pierres à la Révolution, si bine qu’au 19e siècle la tour lanterne est le dernier vestige roman de l’église. Un projet d’agrandissement du champs de foire de la ville a failli lui être fatal mais l’intervention de Prosper Mérimée et de la Société des antiquaires de l’Ouest aboutissent à son classement aux monuments historiques en 1834.

Pour aller plus loin

Pour en apprendre plus sur la tour, l’église et leur histoire retrouvez un article complet sur le
parcours age roman en Vienne édité par alienor.org, Conseil des musées.

Ces publications pourraient également vous intéresser :

La faïencerie d’art de Parthenay : Édouard Knoëpflin

La faïencerie d’art de Parthenay : Édouard Knoëpflin

Pendant les soixante ans de sa longue carrière de céramiste, Édouard Knoëpflin a beaucoup produit. Sa plus ancienne pièce connue date de 1884 et la dernière de 1941. Entre post-romantisme et prémices de l’Art moderne, et tout en suivant les traces des faïenciers qui l’ont précédé à Parthenay, il inscrit ses recherches plus personnelles dans les nouveaux mouvements artistiques.