loader image

Fouras, un site stratégique pour la marine française

Cette aquarelle d’Arthur Gué, datée de 1900 nous montre le front de mer de Fouras à l’époque. On reconnaît à l’arrière-plan le fort Vauban surmonté de son donjon et sur la plage on peut voir des promeneurs.

La presqu’ile de Fouras, placée le long de l’embouchure de la Charente forme un verrou naturel à l’entrée du fleuve.

D’une grande importance stratégique le lieu a été beaucoup disputé au fil des siècles et les châteaux s’y succèdent depuis au moins le XIe siècle.

Avec le développement de l’arsenal de Rochefort en amont sur le fleuve à partir de 1665 plusieurs forts sont construits le long de la presqu’île. Dans le pertuis d’Antioche le fort Boyard, achevé en 1857 est certainement le plus connu de tous, mais le fort Vauban marque, avec la haute silhouette de son donjon du XVe siècle visible sur cette aquarelle, le paysage de la ville de Fouras. C’est d’ailleurs là que la Marine Nationale, qui a utilisé le fort à partir de 1889, a érigé un sémaphore pour guider la navigation.

Les rôles d’un sémaphore

Les sémaphores assurent un rôle très important sur les littoraux, postes de communication et de surveillance ils veillent à la sécurité de la navigation, servent de centres d’alerte, surveillent les aléas météorologiques et aident à la protection des sites militaires de la Marine. L’esplanade située au pied du fort Vauban de Fouras porte d’ailleurs le nom d’esplanade du sémaphore.

Les bains de mer au XIXe siècle

Contrastant avec l’austère silhouette du fort on peut voir sur la plage des personnes manifestement en train de profiter des attraits du bord de mer. Au pied du fort on peut voir sur une panneau le mot “café” annonçant la présence d’un débit de boisson et un peu en retrait une petite villa de bord de mer. Au XIXe siècle les bains de mer deviennent à la mode et l’arrivée du chemin de fer ouvre la voie aux touristes, le visage du littoral se transforme, villas, hôtels et casinos s’installent en bord de mer et les noms de villes comme Royan, Fouras ou encore Le Touquet, Dinard, Berck, Biarritz ou Deauville deviennent des endroits de villégiature prisés par la haute société de l’époque.

Ces publications pourraient également vous intéresser :

La faïencerie d’art de Parthenay : Édouard Knoëpflin

La faïencerie d’art de Parthenay : Édouard Knoëpflin

Pendant les soixante ans de sa longue carrière de céramiste, Édouard Knoëpflin a beaucoup produit. Sa plus ancienne pièce connue date de 1884 et la dernière de 1941. Entre post-romantisme et prémices de l’Art moderne, et tout en suivant les traces des faïenciers qui l’ont précédé à Parthenay, il inscrit ses recherches plus personnelles dans les nouveaux mouvements artistiques.