loader image

La faïencerie d’art de Parthenay

Édouard Knoëpflin

Introduction

Pendant les soixante ans de sa longue carrière de céramiste, Édouard Knoëpflin a beaucoup produit. Sa plus ancienne pièce connue date de 1884 et la dernière de 1941. Entre post-romantisme et prémices de l’Art moderne, et tout en suivant les traces des faïenciers qui l’ont précédé à Parthenay, il inscrit ses recherches plus personnelles dans les nouveaux mouvements artistiques qui vont révolutionner le goût de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle, Art Nouveau et Art Déco.

Dès l’arrivée de Knoëpflin à Parthenay en 1902, Henri Amirault lui confie la direction de la faïencerie. On s’aperçoit alors que dans les premiers temps de son installation sa production est en accord avec celle de ses prédécesseurs, dont il utilise modèles et moules. Il reste ainsi fidèle aux sources d’inspiration historiques de Prosper Jouneau et d’Henri Amirault, la Renaissance, et plus particulièrement la faïence de Saint-Porchaire. Mais, rapidement et parallèlement, bien inscrit dans son temps et curieux des nouveaux styles qui émergent et se développent, il dirige ses recherches vers un répertoire original et une nouvelle proposition décorative, dont ses pièces flammées sont les meilleurs exemples.

À la faveur de cette troisième et dernière étude sur la faïencerie de Parthenay et ses acteurs, il nous a été possible d’observer plus largement la carrière d’Édouard Knoëpflin, dont le passage à Parthenay n’a duré que quatorze ans, mais qui a aussi produit avant et après son époque parthenaisienne. Sa dernière époque nous est mal connue, mais on sait qu’il a continué à mettre à l’épreuve son inventivité pour des créations toujours plus riches.

Ci dessus : sélection de formes créées par Édouard Knoëpflin.

Pour aller plus loin

Pour appréhender pleinement l’histoire de la faïencerie retrouvez nos deux autres expositions virtuelles sur alienor.org.