loader image

L'église abbatiale de Saint-Jean-d'Angély

Les traces d'un passé mouvementé

Une église détruite, puis reconstruite… Plusieurs fois

L’église abbatiale de Saint-Jean-d’Angély a, comme beaucoup d’autres, connu plusieurs visages au cours de son histoire marquée par les raids vikings, la guerre de Cent Ans, les guerres de Religion et la Révolution. 

En 817 un monastère est fondé par Pépin Ier d’Aquitaine pour accueillir la relique du chef de Saint Jean-Baptiste. Le monastère est détruit au cours du Xe siècle lors d’un raid viking, les moines sont massacrés et la relique perdue.

Les bénédictins de Cluny restaurent l’abbaye dans la seconde moitié du Xe siècle et, en 1010, le reliquaire est “miraculeusement” retrouvé. La construction d’une église abbatiale est également entreprise. Elle est consacrée en 1050.  

Saint-Jean-d’Angély est capturée par les Anglais lors de la “chevauchée de Lancastre” en 1346. Henri de Grosmont, comte de Lancastre, à la tête d’une faction d’hommes à cheval pratiquant une forme de “guérilla” dans les territoires du royaume de France, pille Poitiers et plusieurs villes de Saintonge et d’Aunis dont Saint-Jean-d’Angély. L’abbaye bénédictine est à nouveau détruite. 

Les guerres de Religion n’épargnent pas non plus ce bâtiment. En 1562, l’abbatiale et le monastère sont incendiés par les protestants qui tiennent la ville. En 1568, ils mettent à bas les murs utilisant l’église comme carrière de pierres, notamment pour l’édification de fortifications. Les troupes de Charles IX assiègent la ville en 1569, qui redevient catholique par traité. 

L’abbatiale inachevée 

La congrégation de Saint-Maur revient sur les lieux d’un monastère ruiné. Les bâtiments conventuels sont rebâtis et sont encore visibles aujourd’hui. Par ailleurs, on élève une église “provisoire” destinée à assurer la célébration des offices.
Ce n’est qu’en 1741 qu’un ambitieux projet est lancé pour reconstruire l’église abbatiale. La conception du bâtiment est confiée à l’architecte François Franque. Les tours et la façade, constituant un monument emblématique de la ville, sont construites dans le style classique. Mais les travaux se prolongent et la Révolution a raison de ce projet d’église. 

L’abbaye abrite aujourd’hui la bibliothèque municipale de la ville, son école de musique et une Micro-Folie.

Ces publications pourraient également vous intéresser :

Chamoiserie et ganterie à Niort, une tradition séculaire

Chamoiserie et ganterie à Niort, une tradition séculaire

La chamoiserie est une activité niortaise très ancienne. Dès le XIIIe siècle, la cité exportait divers produits tels que denrées alimentaires, mais aussi de la laine, ce qui laisse supposer que l’on travaillait déjà la peau de mouton, le cheptel bovin, caprin et ovin étant important dans cette région. Retour sur une histoire dont l’origine remonte au Moyen-Âge…

Entre ombre et lumière (vidéo)

Entre ombre et lumière (vidéo)

Les spectacles de lanterne magiques sont considérés comme l’ancêtre du cinéma. Au delà de la simple invention de la projection d’images lumineuses, la lanterne magique inaugure un spectacle d’un genre nouveau : la fantasmagorie