loader image
Notre-Dame-la-Grande de Poitiers vers 1830

Scène de la vie quotidienne au pied de l’église Notre Dame la grande vers 1830 par Thomas Allom.

Notre Dame la Grande de Poitiers est considérée, principalement pour le registre sculpté de sa façade, comme un chef d’œuvre de l’art roman.

L’art roman

Après les troubles qui ont suivi la chute des carolingiens avec la fin des invasions normandes et hongroises qui ont secoué l’Europe, une période de paix et de sécurité s’ouvre en occident à la fin du Xe siècle. L’église prospère pendant cette période de paix relative et de nombreux édifices religieux, église, monastères et couvents, sont bâtis. Si on s’inspire dans un premier temps de l’art carolingien, très vite apparaît une nouvelle forme d’architecture, caractérisée par des voûtes de pierre en plein cintre. C’est toute l’Europe qui serra touchée par cette nouvelle forme d’expression architecturale.

Mais au delà de l’architecture l’art roman est également caractérisé par la sculpture. On assiste à un regain d’intérêt pour la sculpture figurative qui avait presque disparu. Chapiteaux, façades : les églises se couvrent d’un fantastique bestiaire sculpté et d’illustrations de chapitres entiers des Saintes Écritures, avec une certaine prédilection pour la représentation du Jugement Dernier.

Notre-Dame

Notre Dame la Grande a été construite à partir du Xe siècle même si elle a été rebâtie dès le XIe. Sa façade occidentale, qui venait remplacer une tour porche, a été édifiée dans la première moitié du XIIe siècle. On peut y observer des hauts-reliefs représentant plusieurs scènes des Ancien et Nouveau Testament

Les outrages du temps

Les sculptures de l’église ont été endommagées pendant les guerres de religion et la façade en porte encore les marques. Sur cette illustration datant des années 1830 on peut voir des maisons édifiées à même le bâtiment religieux. Avec le classement de l’édifice au registre des monuments historiques en 1840 ces constructions ont été démolies pour dégager l’église.