loader image

L'hiver

Marten Van Valkenborch
(4e quart 16e siècle, 1er quart 17e siècle)

La peinture des Pays-Bas

La peinture des Pays-Bas se structure au fil des décennies autour d’une spécialisation des peintres, qui sont nombreux à se consacrer à un seul genre pictural – paysage, portrait, scène de genre, nature morte – voire à un type de tableau – marine, paysage hivernal, tabagies… Cette spécialisation peut être organisée au sein d’un atelier, où chacun se voit confier une partie d’un tableau : paysage, personnages, architectures…

L’art du paysage conquit une place importante dans le courant du XVIe siècle, systématisé notamment par Joachim Patinier, en Flandre, qui mit en place un étagement des couleurs, brun, vert, bleu, vers la ligne d’horizon.

Les échanges stylistiques à l’échelle européenne imprégnèrent les écoles régionales et donnèrent naissance à différents types de paysages, auxquels se consacrèrent certains artistes. Elles s’inscrivent parfois à la frontière de la scène de genre ou de la peinture d’histoire, dans une conception de la peinture éloignée des classifications strictes de genre.

L’hiver

L’hiver, peint par Marten van Valckenborch, s’inscrit dans la tradition flamande, vivifiée par Peter Brueghel l’Ancien, des scènes de la vie populaire illustrant les activités des mois et des saisons. Le déchargement des navires (illustration du mois d’octobre), le retour des troupeaux (en novembre), l’abattage et le flambage du porc (en décembre), le travail des bûcherons (en janvier ou février), mais aussi l’auberge du Cygne, avec une allusion aux maisons de plaisir, et les jeux sur la glace, composent une vision panoramique des travaux et des plaisirs hivernaux. Ce tableau devait faire partie d’une série de quatre saisons, dont les trois autres scènes ou des variantes existent dans des collections hollandaises et suédoises. La ville représentée pourrait être l’ancienne Liège sur les bords de la Meuse.

Détails représentant des activités liées aux mois d’hiver.

Maarten van Valckenborch

Peut-être formé par son frère Lucas, Maarten van Valckenborch (Louvain 1535 – Francfort 1612) entra dans la guilde de Malines en 1559. Il eut une carrière itinérante, mentionnée à Anvers de 1564 à 1572, à Aix-la-chapelle en 1573, de nouveau à Anvers en 1585, puis à Francfort. Auteur de scènes religieuses et de paysages, il reste souvent confondu avec son frère.

Patineurs et traineaux attelés sur la rivière gelée (détail).

Pour aller plus loin

Le texte proposé ici est une sélection réalisée à partir d’une présentation plus complète à retrouver sous la forme d’une exposition virtuelle intitulée
“la peinture flamande et hollandaise dans les musées de Poitiers”, consultable sur le site alienor.org.

Ces publications pourraient également vous intéresser :

Chamoiserie et ganterie à Niort, une tradition séculaire

Chamoiserie et ganterie à Niort, une tradition séculaire

La chamoiserie est une activité niortaise très ancienne. Dès le XIIIe siècle, la cité exportait divers produits tels que denrées alimentaires, mais aussi de la laine, ce qui laisse supposer que l’on travaillait déjà la peau de mouton, le cheptel bovin, caprin et ovin étant important dans cette région. Retour sur une histoire dont l’origine remonte au Moyen-Âge…

Entre ombre et lumière (vidéo)

Entre ombre et lumière (vidéo)

Les spectacles de lanterne magiques sont considérés comme l’ancêtre du cinéma. Au delà de la simple invention de la projection d’images lumineuses, la lanterne magique inaugure un spectacle d’un genre nouveau : la fantasmagorie