loader image
Vue de Venise par Félix Ziem

Un architecte contrarié

Félix Ziem (1821-1911) aurait du être architecte, mais son exclusion de l’école des Beaux-Arts de Dijon et sa rencontre fortuite avec le duc d’Orléans en ont décidé autrement. Le duc se prend d’intérêt pour le travail pictural de Ziem qui décide de fonder sa propre école de dessin à Marseille en 1840.

Barbizon et l’Orient

Ziem ne reste pas longtemps en place. Dès 1841 il commence à voyager en France, puis en Italie, ailleurs en Europe et en Orient. Il côtoie pendant un temps les membres de l’école de Barbizon qui inflencent sa manière d’appréhender le paysage. Plutôt qu’un mouvement ou une école c’est, après le sud de la France et sa lumière, Venise qui sera sa plus grande découverte. Il se rend une vingtaine de fois à la Sérennissime et se fait appeler “le peintre de Venise”. La ville est d’ailleurs le sujet de ce tableau conservé au musée Bernard d’Agesci de Niort.  

 

Ces publications pourraient également vous intéresser :

La faïencerie d’art de Parthenay : Édouard Knoëpflin

La faïencerie d’art de Parthenay : Édouard Knoëpflin

Pendant les soixante ans de sa longue carrière de céramiste, Édouard Knoëpflin a beaucoup produit. Sa plus ancienne pièce connue date de 1884 et la dernière de 1941. Entre post-romantisme et prémices de l’Art moderne, et tout en suivant les traces des faïenciers qui l’ont précédé à Parthenay, il inscrit ses recherches plus personnelles dans les nouveaux mouvements artistiques.