loader image
Masque pare-éclats de la Première Guerre mondiale

Un masque pour protéger les équipages de chars

Ce masque à l’allure médiévale avec sa protection en cotte de mailles ne date pas des croisades mais du XXe siècle. Créé initialement pour les équipages de chars britanniques il a très vite été adopté par l’armée française. Sa conception permettait aux hommes à bord des premiers chars d’assaut d’avoir le visage protégé contre les éclats qui pouvaient venir de l’extérieur comme de l’intérieur de leur véhicule.

En effet même si les balles et obus ennemis ne pénétraient pas le blindage, des éclats de celui-ci ou des rivets pouvaient être arrachés par l’énergie cinétique transmise à la coque et projetés dans l’habitacle. Les hommes à bord risquaient d’être blessés, voir tués par ces projectiles.
Il a donc très vite fallu trouver un moyen de renforcer la protection des équipages des premiers chars, et cette véritable pièce d’armure est un des éléments de réponse apportés à ce problème.

Illustration représentant un des premiers engagements de chars d'assaut.

Illustration extraite du Panorama de la guerre, supplément illustré. On peut y voir un char Schneider français en plein combat.
(Collections du musée municipal d’Airvault)

Ces publications pourraient également vous intéresser :

Chamoiserie et ganterie à Niort, une tradition séculaire

Chamoiserie et ganterie à Niort, une tradition séculaire

La chamoiserie est une activité niortaise très ancienne. Dès le XIIIe siècle, la cité exportait divers produits tels que denrées alimentaires, mais aussi de la laine, ce qui laisse supposer que l’on travaillait déjà la peau de mouton, le cheptel bovin, caprin et ovin étant important dans cette région. Retour sur une histoire dont l’origine remonte au Moyen-Âge…

Entre ombre et lumière (vidéo)

Entre ombre et lumière (vidéo)

Les spectacles de lanterne magiques sont considérés comme l’ancêtre du cinéma. Au delà de la simple invention de la projection d’images lumineuses, la lanterne magique inaugure un spectacle d’un genre nouveau : la fantasmagorie