loader image

Pourquoi “livre de beurre” ?

Ces silex taillés sont typiques des ateliers de la région du Grand Pressigny (Indre-et-Loire) au Néolithique. Les nucléi  “livre-de-beurre” font partie des silex taillés les plus connus. Ils sont appelés ainsi car leur couleur blonde et leur forme rappellent des mottes de beurre artisanales.

C’est à partir de nucléus tels que ceux-ci qu’étaient débitées des lames de poignard qui faisaient l’objet d’un commerce intense à travers une grande partie de la France.

Ces publications pourraient également vous intéresser :

La faïencerie d’art de Parthenay : Édouard Knoëpflin

La faïencerie d’art de Parthenay : Édouard Knoëpflin

Pendant les soixante ans de sa longue carrière de céramiste, Édouard Knoëpflin a beaucoup produit. Sa plus ancienne pièce connue date de 1884 et la dernière de 1941. Entre post-romantisme et prémices de l’Art moderne, et tout en suivant les traces des faïenciers qui l’ont précédé à Parthenay, il inscrit ses recherches plus personnelles dans les nouveaux mouvements artistiques.