loader image

Aventure humaine et démonstration technique

Dans les années 1920 la firme Citroën finance plusieurs expéditions intercontinentales qui doivent promouvoir la marque. Des “autochenilles”, véhicules tous-terrains novateurs dont le système de propulsion à chenilles est dû à l’ingénieur Adolphe Kégresse, sont construites.
En décembre 1922 cinq véhicules s’élancent de l’oasis de Touggourt en Algérie pour rejoindre Tombouctou à plus de 3000 kilomètres avant de remonter par leurs propres moyens. Cette première expédition est un triomphe. Elle  est suivie en 1924 d’une seconde qui va encore plus loin en projetant la traversée de toute l’Afrique du nord au sud avec huit véhicules.

La carte postale présentée ici montre la traversée d’une rivière au Mozambique. Si les voitures de Citroën n’ont eu que peu de difficultés à traverser le Sahara, les zones plus humides sont un vrai défi pour les véhicules et les hommes de l’expédition qui met plus de sept mois à traverser le continent africain.

D’autres croisières automobiles suivent dans les années suivantes, en Asie et en Amérique du nord avec des fortunes diverses.

 

Pour aller plus loin

Le musée de Saint-Jean d’Angély conserve une des autochenilles qui a pris part à la première expédition. Elle a fait l’objet d’une campagne de numérisation 3D dont vous pouvez voir le résultat ici. Et si vous voulez la découvrir en vrai et en apprendre plus sur les croisières Citroën le musée est ouvert pendant les vacances.

Ces publications pourraient également vous intéresser :

Entre ombre et lumière (vidéo)

Entre ombre et lumière (vidéo)

Les spectacles de lanterne magiques sont considérés comme l’ancêtre du cinéma. Au delà de la simple invention de la projection d’images lumineuses, la lanterne magique inaugure un spectacle d’un genre nouveau : la fantasmagorie

La faïencerie d’art de Parthenay : Édouard Knoëpflin

La faïencerie d’art de Parthenay : Édouard Knoëpflin

Pendant les soixante ans de sa longue carrière de céramiste, Édouard Knoëpflin a beaucoup produit. Sa plus ancienne pièce connue date de 1884 et la dernière de 1941. Entre post-romantisme et prémices de l’Art moderne, et tout en suivant les traces des faïenciers qui l’ont précédé à Parthenay, il inscrit ses recherches plus personnelles dans les nouveaux mouvements artistiques.