loader image

La huppe : belle et sale à la fois ?

Si le chant du Coucou est si spécifique qu’il donne son nom à l’oiseau, la Huppe fasciée s’entend également aisément avec son “Pou-Pou-Pou” répété (https://www.xeno-canto.org/491603). Visuellement, elle est magnifique avec sa coiffe en crête d’iroquois, sa huppe érectile orange blanche et noire.

Si vous ne parvenez pas à la localiser par son chant ou par sa silhouette caractéristique, il restera peut-être l’odeur. En effet, l’oiseau a pour habitude d’imprégner son nid d’une forte fragrance nauséabonde produite par les glandes de son croupion. Il ne s’agit nullement de parfum d’ambiance mais d’une façon efficace de protéger sa famille des prédateurs au nez délicat.

Ces publications pourraient également vous intéresser :

La faïencerie d’art de Parthenay : Édouard Knoëpflin

La faïencerie d’art de Parthenay : Édouard Knoëpflin

Pendant les soixante ans de sa longue carrière de céramiste, Édouard Knoëpflin a beaucoup produit. Sa plus ancienne pièce connue date de 1884 et la dernière de 1941. Entre post-romantisme et prémices de l’Art moderne, et tout en suivant les traces des faïenciers qui l’ont précédé à Parthenay, il inscrit ses recherches plus personnelles dans les nouveaux mouvements artistiques.