Les Ouled-Naïl forment un peuple berbère d’Algérie dont l’origine est soumise à de multiples débats.

Cette sculpture, œuvre de Pierre-Marie Poisson, est une épreuve d’atelier, en plâtre à patine dorée posée sur un socle en bois noirci. Il s’agit d’une danseuse Ouled-Naïl : œuvre complète d’une belle pureté d’exécution. Sous les amples vêtements qui la revêtent les formes se devinent en équilibre avec le mouvement représenté, chaque détail compte pour sa valeur et les lourds bijoux d’argent et d’or ciselés opposent leur rigidité aux plis moelleux des étoffes. La figure ne grimace pas, c’est un hymne d’amour représenté par l’expression calme et profonde du visage.

Danseuse Ouled Naïl par Pierre-Marie Poisson (circa 1908-1913)