loader image

Les années Jouneau

1882, Prosper Jouneau, sculpteur âgé de 30 ans, veut créer à Parthenay une faïencerie. Il n’a pas l’argent pour lancer le projet et c’est un groupe d’investisseurs et de mécènes locaux, dont Henri Amirault est sans doute le principal contributeur et le plus fervent promoteur, qui lui permet, via un prêt hypothécaire, de financer la construction de la faïencerie.

C’est Amirault qui avance l’argent pour le terrain où se dressera la faïencerie. La production commence dès l’année suivante.
Si le travail de la faïencerie, présenté dans de nombreuses expositions, est reconnu, celle-ci n’est pas rentable et Henri Amirault doit régulièrement apporter de l’argent à l’entreprise. La situation financière ne cessant de se dégrader Jouneau tente, par la création d’une œuvre qui marquera les esprits, de redresser la situation. Il crée l’admirable plafond en faïence aujourd’hui conservé au musée Bernard d’Agesci de Niort et le présente à l’exposition Universelle de 1889 espérant un achat par l’État.

La faïencerie.

Le 2 juin 1889, les deux hommes décident de formaliser leur association en créant à parité la « Société des faïences d’art de Parthenay », mais Prosper Jouneau apporte principalement un passif commercial et des dettes.
En 1892 Prosper Jouneau, très endetté auprès d’Henri Amirault, doit lui céder, outre les murs « tous les modèles…les procédés de fabrication…tous les secrets professionnels » de la faïencerie.

La faïencerie, héritière d’une tradition locale.

La faïencerie, créée sous l’impulsion de Prosper Jouneau, a été en exercice de  1882 à 1910. Malgré des difficultés financières la qualité de sa production a toujours été reconnue.
Elle fut importante pour Parthenay de par sa qualité exceptionnelle, et parce que ses trois principaux auteurs, Amirault, Jouneau et Knoëpflin, ont su créer une passerelle entre la grande tradition faïencière du XVIe siècle, avec les mythiques faïences de Saint-Porchaire, et la production moderne de l’Art nouveau.

Pour aller plus loin

Dans le cadre de la série de trois expositions sur la faïencerie d’art de Parthenay présentée au musée Georges Turpin une publication indépendante consacrée à Prosper Jouneau a été réalisée par alienor.org, conseil des musées. Vous pouvez la parcourir en suivant ce lien ou en cliquant sur l’image.

Capture d'écran de l'exposition virtuelle sur Prosper Jouneau